Chanson douce de Leïla Slimani

20180119_101950

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Chanson douce est mon premier roman de Leïla Slimani. Je ne l’oublierai pas ! Mais que se cache t-il derrière ce titre plein de douceur ? L’horreur.

Dès les premières lignes, nous connaissons l’issue fatale de l’histoire. La nounou perd les pédales et commet l’irréparable. Mais comment en est-elle arrivée là ? Nous allons assister, impuissants, au terrible engrenage qui se met en place. Ce qui est très fort c’est que durant toute la lecture nous espérons un petit miracle, un retournement, un « tout finit bien » ! En vain…

L’auteur joue avec nos sentiments

Nous découvrons donc Myriam et son mari, un couple de trentenaire, épanoui bien qu’un peu perdu dans le tourbillon métro-boulot-dodo. Un couple assez banal somme toute. L’arrivée de Louise, la nounou, va leur enlever une épine du pied surtout qu’elle semble vraiment à l’aise avec leurs deux enfants et très serviable. En plus de leur faire prendre le bain avant qu’ils ne rentrent de leur journée de travail, Louise leur prépare aussi le repas, et repasse le linge. Serviable vous avez dit ? ou bien envahissante ? Je ne savais plus quoi penser. A la fois les parents laissent Louise prendre une place beaucoup trop importante dans leur vie, alors, comment lui reprocher par la suite d’en faire trop ? D’un autre côté, j’avais envie de crier à Louise de rester à sa place.

Une réflexion sur la société

Finalement, chanson douce nous fait prendre conscience de la place que peut prendre le travail dans nos vies, parfois au détriment de la vie de famille. C’est un fait, Louise, la nounou, s’occupe bien plus des deux enfants que ne le font leurs parents eux-même. Ça fait réfléchir, et en même temps, le constat est là : c’est la vraie vie. Il est loin le temps où le mari partait travailler dur pour ramener l’argent tandis que la femme restait sagement à la maison pour s’occuper des enfants. D’une part, de nos jours la plupart des couples ont besoin de deux salaires. D’autre part, les femmes se sont émancipés et, comme Myriam, souhaitent elles aussi travailler et s’épanouir autrement qu’en étant mère. Alors, comment en vouloir aux parents ? Car oui, on leur en veut de faire une confiance aveugle à cette femme qu’ils croient connaître mais qui n’est qu’une inconnue. Une inconnue qui ne sait plus où est sa place, qui va sombrer dans la folie. Glaçant.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Chanson douce de Leïla Slimani

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s