Depuis l’au-delà de Bernard Werber

20180119_102053

Je me nomme Gabriel Wells. Je suis écrivain de romans à suspens. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu’un que je connais personnellement : Moi-même. J’ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui. Pour résoudre cette énigme j’ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts. Et c’est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.

Werber fait du Werber !

Ça faisait un petit bout de temps que je n’avais pas lu de Bernard Werber. J’avais adoré L’empire des anges ou encore le miroir de Cassandre que j’avais dévorés tous les deux.  Werber est un auteur passionné et passionnant mais, au fil du temps, je me suis un peu lassée du côté un petit peu « jedéballemascience » et n’ai donc pas lu les derniers romans de l’auteur. Jusqu’à Depuis l’au-delà que j’ai voulu découvrir sur un coup de tête, et parce que le résumé est tout de même très intriguant.

Premier constat, Werber est toujours fidèle à lui-même ! il partage avec nous une multitude d’informations étonnantes et toutes véridiques dans des extraits de l’Encyclopédie du savoir relatif et absolu que nous retrouvons au fil du roman. C’est chouette, mais parfois un peu « too much ».

Un roman à suspens

Deuxième constat, l’histoire est originale et bien ficelée. Le personnage principal, Gabriel Wells, va découvrir sa mort grâce à une médium et, dès lors, va être persuadé qu’il a été assassiné. C’est ainsi que le duo va s’évertuer à trouver le meurtrier, non pas sans rencontrer des embûches, jusqu’à la révélation finale qui m’a dans un premier temps un peu déçue… Tout ce suspens pour ça ? Puis, quand j’ai compris la raison du meurtre, j’ai décidé d’apprécier cette fin.

Et puis c’est drôle, vraiment drôle. Grâce à certains personnages, aux situations dans lesquelles ils se retrouvent empêtrés, aux anecdotes que Werber nous livre dans l’encyclopédie… Ducoup, on se retrouve à lire un roman assez atypique mêlant, suspens, humour et paranormal… Du Werber en somme !

Qu’est-ce que la « vraie » littérature ?

Depuis l’au-délà c’est aussi une réflexion sur la littérature. Gabriel est un auteur de romans policiers apprécié du public mais haï par la Critique car justement trop populaire, et peu estimable. Un auteur doit-il écrire pour plaire à ses lecteurs ou pour être applaudi par la critique grâce à son style ? Et pourquoi pas un mélange de tout ça ? Werber met en avant la scission qui existe encore entre les romans classiques et ceux de l’imaginaire qui, pour on ne sait quelle raison ne serait pas de la « littérature ». Cela donne lieu à des situations assez cocasses comme une battle d’écrivains opposants Proust à Conan Doyle ou encore Flaubert à Jules Verne. Intéressant !

Et vous, vous connaissez Werber ? Qu’avez-vous lu de lui ?

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Depuis l’au-delà de Bernard Werber

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s