Un thriller, de l’émotion et une retombée en enfance

ENFIN ! je ne pensais jamais publier cet article tant mon rythme de lecture tourne au ralenti depuis quelques temps… Pourtant je ne suis pas débordée, mais c’est tellement plus facile de trouver quelque chose d’autre à faire, que le temps finit par s’échapper. Heureusement, avec un peu de volonté et de très bonnes lectures, tout finit par s’arranger. Je vous présente donc cette semaine un nouveau Michel Bussi, encore une réussite. Un roman contemporain de Jodi Picoult, bouleversant… Et un joli petit album jeunesse qui nous invite à plonger dans l’imaginaire. À vos lectures !

N’oublier jamais – de Michel Bussi, éditions Pocket

michelbussi

Vous commencez à me connaître, et donc vous savez l’amour que je porte à Michel Bussi ! Mon coup de cœur de tous les temps est et restera Nymphéas noirs qui pour moi est un coup de maître de l’auteur. J’ai aussi lu un avion sans elle, ne lâche pas ma main, et j’ai continué ma découverte de l’auteur avec n’oublier jamais. 

Jamal part en week-end sur la côté normande. Un matin alors qu’il s’entraîne pour son footing matinal il croise la route d’une jeune femme, au bord de la falaise. Regards furtifs et désespérés, tout laisse à croire qu’il assiste à une tentative de suicide. Jamal essaye de la rassurer puis tente le tout pour le tout : il lance à la jeune femme une écharpe à laquelle elle accepte ou non de s’accrocher. La jeune fille l’attrape, puis se laisse tomber. L’horreur. La peur. Jamal est le seul à savoir ce qui s’est réellement passé. À moins qu’il nous mène nous aussi en bateau ? Croirons nous à l’histoire de Jamal ?

L’intrigue nous captive immédiatement et ne nous lâche qu’au dernier mot de la dernière page. Encore une fois, Bussi m’a fait tourner la tête et j’ai cru devenir folle. Beaucoup de rebondissements, si bien que je partage l’avis d’un lecteur qui écrivait sur son blog qu’il ne fallait pas faire durer trop longtemps sa lecture, au risque d’oublier les événements. Je l’ai pris au mot et j’ai dévoré la dernière partie du livre en une nuit !

Pardonne-lui – de Jodi Picoult, éditions Michel Lafon

DSCN3563

Ça y est, je vous parle enfin de cette lecture ! J’avais tellement hâte de vous faire découvrir ce livre qui est vraiment très très beau. Je connaissais Jodi Picoult seulement à travers l’adaptation de son roman Ma vie pour la tienne qui raconte l’histoire d’une petite fille qui a été conçue pour pouvoir sauver sa grande sœur atteinte d’une leucémie. Le sujet est grave et complexe, mais l’histoire pleine d’espoir.

Dans Pardonne-lui, il s’agit de nouveau d’une histoire bouleversante et menée d’une main de maitre : celle de Sage, une jeune femme, boulangère, qui préfère s’exprimer à travers sa cuisine qu’en face des gens. Mais un jour, un vieux monsieur, Josef,  va bouleverser sa vie et devenir son confident… De discussions en discussions (agrémentées de petites viennoiseries), le vieux monsieur va confier un lourd secret à Sage et lui demander de le tuer. Le choc ne se fait pas attendre et c’est une Sage perdue qui va plonger dans les méandres de la Seconde guerre Mondiale pour essayer de comprendre, ou du moins, connaître ce qui a pu pousser Josef a commettre ce dont il s’accuse.

Le roman est construit en chapitre alternés et sur des époques différentes, ce qui en fait toute sa richesse. Avec la plume de Jodi Picoult, c’est un bonheur de tourner les pages… On rit, on tremble aux côtés des personnages, on s’extasie puis la seconde d’après la colère nous envahit. Comme le titre le laisse entendre, l’auteur pose la question du « Pardon »… Peut-on tout pardonner ? Ne pas le faire nous rabaisse t-il au rang de l’autre ? Autant de questions que Sage se posera jusqu’à prendre sa décision, celle qu’elle estime être la plus juste.

Le Laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires – de Séverine Vidal & Flambi, éditions frimousse

DSCN3743

J’avais envie de faire une petite pause dans les romans et de sortir de ma bibliothèque ce joli livre que j’avais acheté pour la poésie qu’il promettait d’offrir. Le laboureur de nuages… joli non ?

Illustré par Flambi, ces petits contes invitent l’enfant à imaginer des métiers farfelus et décalés. Dans des tons un peu « vieillis » on laisse volontiers la porte ouverte à tous les possibles : La brodeuse de souvenirs, la postière de coquillages, le promeneur de montages… Tant de métiers qui nous donnent du baume au cœur !

C’est tout court, et mis en page avec des polices qui rompent avec le côté statique de l’album. Ça explose, ça rayonne, ça s’amuse, et ça donne un livre vraiment très chouette à offrir ou à s’offrir.

DSCN3744

 

 

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Un thriller, de l’émotion et une retombée en enfance

  1. J’avais adoré N’oublier jamais! 🙂 Et le deuxième livre me tente bien!
    J’ai été absente et pas très active sur la blogo pendant quelques temps, alors j’en profite maintenant pour te dire que j’aime vraiment bien ton nouveau blog! 😀

    Aimé par 1 personne

      1. J’ai aussi lu de lui « Maman a tort », « Ne lâche pas ma main » et « Un avion sans elle » 🙂 Mais je pense que mon préféré reste tout de même « Un avion sans elle », le premier que j’ai lu 😛

        Aimé par 1 personne

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s