La Caroline du sud, une recette du bonheur et du suspens à la Bussi

Ces derniers temps j’ai un peu trainé mes lectures, mais je reprends un rythme qui me plaît avec Wild de Cheryl Strayed dont je vous parlerai dans un prochain article ! Je commence donc Carnet au beurre salé sans vous dépayser : je vais parler livres ! Vous le remarquerez, j’ai choisi de ne plus faire d’articles uniques pour chaque livre, sauf quand vraiment j’aurai LE coup de cœur ou pour les billets spéciaux (« du livre au film » par exemple), cette forme me convient mieux. Allez, rentrons dans le vif du sujet ! Mes trois dernières lectures ont été bonnes dans l’ensemble, avec une petite préférence pour Ne lâche pas ma main de Michel Bussi dont je commence à devenir une fervente lectrice.

Wando Passo – David Payne, éditions J’ai lu

DSCN2938
J’ai découvert Wando Passo par hasard, la couverture me plaisait, la quatrième de couverture ma conquise : une histoire d’esprits, la Caroline du sud, et beaucoup de poésie. J’ai donc commencé ma lecture en plein mois de juillet, alors que j’étais encore en stage, mais je l’ai un peu trop trainée à mon goût…Un mois pour le finir !

Mis à part cela, l’histoire est bonne et fait se croiser deux époques : La Caroline du sud de 2005 et celle de l’époque de la guerre de Sécession. Au 21e siècle nous retrouvons Ran et Claire, un couple déchiré que la vie a finalement réunis. C’est en retournant à Wando Passo, la maison de famille de Claire, que Ran va être témoin d’étranges choses… Objets qui disparaissent, voix qui murmurent… Et c’est à notre tour d’être téléportés au 19e siècle dans une Amérique tourmentée et un Wando Passo où l’esclavage bat son plein.

Durant tout le récit nous allons essayer de comprendre le lien qui unit ces deux époques, et surtout, les personnages. Et c’est peut-être ce que je reproche à ce livre : il s’étend en longueur. Mais le ton est juste, et la plume nous transporte tout de même jusqu’à la fin.

L’homme qui voulait être heureux – Laurent Gounelle, éditions pocket

DSCN3037
Les romans de Laurent Gounelle sont presque à prendre comme des livres de développement personnel. Ils nous invitent à nous arrêter quelques instants et à réfléchir sur notre lecture. J’aime cette sensation et le sentiment d’être en phase avec l’auteur.

L’homme qui voulait être heureux est un tout petit livre de 160 pages qui m’aura fait passer un très bon moment et qui, je le pense, peut faire du bien. Laurent Gounelle nous y livre l’histoire d’un homme (dont j’ai oublié le nom, mais ça n’est pas le plus important !) qui à première vue a une vie « normale » mais qui s’empêche d’en profiter. Son boulot ne lui plaît pas mais il n’ose pas en changer, il ne sait pas profiter des petites choses du quotidien, et n’arrive pas à se montrer tel qu’il est devant les autres. Un homme comme beaucoup d’autres ! Mais lors de ses vacances à Bali il rencontrer un guérisseur qui va lui apprendre de grandes choses, et pourtant toutes simples.

Ce voyage sera littéralement initiatique et nous offre à nous aussi l’occasion d’apprendre à regarder les choses d’un œil neuf. À travers ce court roman, j’ai appris beaucoup de choses, car le guérisseur partage avec Julian (ça y est, son nom me revient !) différents témoignages et l’invite à accomplir des expériences. Intéressant !

Ne lâche pas ma main – Michel Bussi, éditions pocket

DSCN2971
Si vous aimez les romans à suspens et que vous ne connaissez pas encore Michel Bussi, je vous conseille vivement ses romans ! Nymphéas noir est excellent, Ne lâche pas ma main n’est pas aussi bon mais il faut dire que la barre était très haute. L’histoire de celui-ci est intrigante : alors qu’ils passe des vacances paisibles à la Réunion avec sa fille de six ans et sa femme, la vie de Martial va tourner au cauchemar. Sa femme disparait du jour au lendemain, sans doute assassinée, et il devient le suspect n°1 lorsqu’il s’enfuit avec sa fille dans une course effrénée contre la montre.

Ce qui est troublant dans les romans de Michel Bussi, c’est ce doute qui ne nous lâche jamais ! Martial est-il vraiment coupable ? L’auteur attendra les toutes dernières pages pour nous donner une réponse précise. Autant vous dire que ce livre est un page turner.

C’est le troisième livre que je découvre (j’avais aussi lu Un avion sans elle) et je vais bientôt sortir de ma pal N’oublier jamais. Je pense qu’un jour je consacrerai un article à cet auteur qui est devenu une valeur sûre pour moi.

En attendant, je continue Wild et vous concocte pour très vite un article « du livre au film » sur le sujet. Bonne semaine à tous !

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s